Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/02/2017

Les business angels handicapent-ils les levées de fonds ultérieures?

Dans la seconde moitié des années 90, les business angels se lançant dans l’aventure de la création d’entreprise obtenaient par exemple, 10 à 20 % d’une société pour 100 000 euros. Puis, quand les prix premoney ont commencé à dépasser les 2 millions d’euros pour du simple capital d’amorçage, plusieurs d’entre eux, les plus malins, ont cessé d’investir. Au plus haut de l’emballement des Bourses, les prix ont atteint des montants hallucinants, parfois 10 millions d’euros, par exemple, pour épauler deux étudiants sans expérience…

 Aujourd’hui et dans le futur, on obtiendra 10 à 20 % d’une start-up pour 50 000 euros. C’est dans la logique de la déflation des actifs après une bulle financière. Quelque soit le prix offert aujourd’hui pour une start-up, il est probablement meilleur que le prix que l’on offrira demain.

 Aux yeux de certains capitaux-risqueurs institutionnels, les business angels ayant apporté le capital d’amorçage sont souvent responsables d’une valorisation irréaliste quand la jeune entreprise organise la ronde de financement suivante.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici!

Les commentaires sont fermés.