Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/09/2017

Il fleure comme un petit air de bulle sur la planète crowdfunding

Treize minutes et dix sept secondes. En octobre 2015, il n’aura pas fallu longtemps au cabinet de conseil Cala Partners pour emprunter 35 000 € auprès de 62 particuliers inscrits sur le site Lendix. Et encore, le taux de 5,5% promis à ces prêteurs était-il inférieur à la moyenne du secteur, qui était de 7,5% (en octobre 2015).

Des projets emblématiques qui ont connu une forte couverture médiatique, comme celui de la montre connectée Pebble Watch (montre connectée aux smartphones) qui a levé 20 millions de dollars auprès de 85 000 donateurs (ou pré-acheteurs) sur la plateforme Kickstarter en 2015 (et ce, avant même que le créateur ait lancé la production !), présentent par exemple des failles (retards, dysfonctionnements récurrents, produit jamais envoyé). Dans ce cas précis, la cause est le manque d’expérience entrepreneuriale préalable. La startup à l’origine de ce projet innovant a réussi à lever un million de dollars en moins de 30 minutes, plus de 7,5 millions en une journée et 20,3 millions à la fin de la campagne. Mais la réalisation a connu des retards pénalisants.

Exemples d’autres sirènes du crowdfunding dont les bénéfices spectaculaires ont fait les choux gras des médias :

-         Jackpot pour les 347 internautes qui avaient parié sur le succès du premier album du chanteur Grégoire, produit par le site MyMajorCompany. L’artiste a vendu plus de 800 000 albums. Plus-value réalisée: 1 860% en un an !

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !