Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

29/01/2017

Start-up: pour estimer sa valeur l'intuition est le meilleur des aiguillons

Au vu de tous les facteurs multiples, on comprend aisément que tous les processus employés pour estimer la valeur des jeunes pousses nécessitent beaucoup de discernement dans leur mise en œuvre, beaucoup d’expérience, voire même beaucoup d’intuition.

 Il ne faut pas oublier non plus qu’il n’existe pas de marché structuré de la jeune pousse. On ne peut pas parler de normes, ou de prix habituels de la start-up qui recueilleraient l’unanimité. Quelque soit l’approche utilisée, il y aura toujours un haut degré d’incertitude sur la valeur obtenue.

 Entrepreneurs et investisseurs doivent donc faire attention à bien comprendre tous les tenants et aboutissants de la méthode qu’ils emploieront. Avec beaucoup d’attention et de compréhension des modèles d’évaluation employés, on peut atteindre des estimations solides, mais elles devront toujours être interprétées avec une dose de scepticisme.

Lire la suite de cet article publié sur LInkedIn: cliquer ici !

19/01/2017

Start-up: tactiques pour diminuer le risque de l'investisseur

Rémunérations intermédiaires de l’investissement

 

Le créateur d’entreprise, doit s’efforcer de comprendre le raisonnement auquel se livre l’investisseur. Il doit ainsi réfléchir en termes de rapport risque/rendement quand il tente de valoriser son projet auprès de financeurs potentiels.

Par exemple, dans le cas d’un projet dont la croissance ne sera probablement pas rapide mais cependant susceptible de devenir rentable relativement vite, l’entrepreneur prévenant peut, pour atténuer la perception du risque de liquidité par l’investisseur, imaginer une convention permettant à celui-ci d’empocher de manière anticipée une partie de cette rentabilité sous forme de redevances annuelles et/ou de dividendes sur actions.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

18/01/2017

Start-up: faire pencher la balance vers plus d'objectivité autant que faire se peut

Si les facteurs subjectifs sont proéminents dans l’évaluation d'une jeune pousse, d’un autre côté certains paramètres peuvent faire pencher la balance vers plus d’objectivité.

Par exemple, une lettre d’intention ou term sheet délinéant d’autres points essentiels. Elle est envoyée par l’investisseur afin que l’entrepreneur valide les modalités opérationnelles du financement. Cela va permettre de préciser les conditions de réalisation de l’opération de capital à risque. Lors de sa réception, l’entrepreneur peut ainsi vérifier la conformité des conclusions avec les résultats des négociations préalables.

Ce document contient essentiellement la présentation de l’investisseur (sa stratégie, sa politique de participation, ses options de sortie) ; les paramètres techniques du financement, c’est-à-dire le pourcentage du capital détenu, la valorisation du « ticket d’entrée » et les titres financiers envisagés (actions, obligations convertibles…) ; les conditions à la réalisation du financement : documents juridiques, modifications organisationnelles (emploi de nouveaux cadres, réorganisation de l’organigramme de l’entreprise, mise en place de nouveaux moyens de gestion…).

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !