Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/06/2017

Attraits et limites des méthodes de scoring appliquées aux startups

Attraits

Ces méthodes sont généralement utilisées pour quantifier les risques et donc pour mesurer l’opportunité d’investir ou non dans une jeune pousse.

Ces grilles de lecture pragmatiques sont populaires parce qu’elles répondent rapidement (grâce à une métrique assez simple) et efficacement à un besoin précis et qu’elles sont faciles à créer, à comprendre et à enseigner.

Elles constituent de bons outils d’aide à la décision quand les résultats des décisions prises ne sont pas immédiatement apparents et que la qualité de la décision n’est pas mesurable de manière évidente. Cependant, il faut reconnaître que les perceptions subjectives des avantages des méthodes de scoring ne sont pas toujours corrélées à des mesures objectives de succès des décisions prises par leur entremise.

Ce sont des illustrations de la manière dont les business angels gèrent les situations d’incertitude radicale et de complexité (nouveaux marchés, nouveaux produits…). Sur la forme, leurs approches intuitives, incertaines et particulièrement créatives, sont intéressantes.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

10/06/2017

Répartition du "capital sueur" entre les associés dans le cadre du lancement d’un nouveau concept de restaurant

Voici une demande reçue sur le blog d’un cabinet spécialisé en valorisation financière de startups :

« Mon partenaire et moi essayons de lancer un nouveau concept de restaurant. Nous avons tous les deux une grande expérience opérationnelle dans ce secteur et nous approchons les investisseurs potentiels en affichant notre capital sueur dans le deal. Comment pouvons-nous, dans cette transaction, négocier ou établir une valeur financière pour notre sweat equity, de manière à pouvoir disposer d’un point de référence pour déterminer combien nous apportons dans la transaction et combien nous sommes prêts à donner en échange pour leurs investissements ? »

Éléments de réflexion :

1)     La valeur dévolue au capital sueur dépend de plusieurs variables, telles l’expérience des fondateurs dans l’ouverture de restaurants, leur expertise opérationnelle, les efforts déjà fournis (legs work), les autres facteurs qu’ils mettent sur la table (par exemple un droit au bail à des conditions avantageuses), l’étendue de leur rémunération avant l’ouverture officielle (pre opening management fee) et après celle-ci (post opening salary), et bien sûr, le concept lui-même.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

09/06/2017

Cofondateurs: plusieurs méthodes de répartition des actions entre vous sont possibles

La plus simple consiste à diviser le capital en parts égales pour tous les fondateurs sans tenir compte ni de la nature ni du degré de la contribution de chacun, ce qui ne requiert aucun calcul et aucune valorisation des contributions non financières.

Avec cette approche inéquitable et donc néfaste, les probabilités d’apparition de frustration à court et moyen terme, une fois l’activité lancée, sont énormes.

Diviser les parts sociales strictement en fonction des contributions financières faites à la start-up :

1)     Faire le total des investissements en capital dans la start-up,

2)     diviser ensuite le montant investi par chaque contributeur par ce total.

3)     Utiliser ce pourcentage pour déterminer combien de pourcents distribuer à chaque membre.

 

Cette approche engendre de grandes probabilités de frustration à terme…

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !