Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/04/2017

Start-uppeurs:qui doit rédiger le plan d'affaires?

Idéalement tous les membres de l’équipe devraient participer à l’élaboration du business plan en fournissant des idées et des informations. Il est intéressant d’intégrer les différentes perspectives des diverses personnes impliquées, cela rend le document final plus complet. Parfois, selon la tournure du document et son phrasé, il est possible de déceler l’influence prépondérante de tel ou tel membre de l’équipe dans la rédaction du plan d’affaires.

Les indices de base sont les suivants :

Le « technique » domine : Profusion de dessins schématiques concernant le produit. Plusieurs acronymes par phrase. La partie équipe de gestion du plan met l’accent sur le nombre de diplômes et de certifications techniques obtenus par chacun des membres de l’équipe. On voit partout dans le document les mentions ou références à Apple, Microsoft, Google.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn: cliquer ici !

16/04/2017

Porteurs de projet: le plan marketing doit être détaillé et soigneusement conçu

Le plan marketing est la pierre angulaire du développement d’une entreprise et d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une start-up. Le plan marketing est un élément fondamental du plan d’affaires pour les investisseurs providentiels car il est sensé montrer le chemin devant mener au succès. Malheureusement nombre de porteurs de projet négligent cet aspect, considèrent ce travail comme une corvée et bâclent la tâche en n’insérant dans le plan d’affaire qu’un simple compte rendu de quelques actions marketing à entreprendre.

Ces comptes-rendus peu soignés ne sont souvent que des « copiés-collés » de paragraphes entiers de syllabus traitant du marketing.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

14/04/2017

Start-uppeurs : ne tombez pas dans le piège des projections financières irréalistes

Les estimations financières sont un véritable challenge pour les entrepreneurs : trop conservatrices et il est difficile d’intéresser un investisseur ; trop optimistes et les projections sont jugées inatteignables. Le scénario style « hockey-stick » dans lequel les revenus apparaissent la première année selon une courbe légèrement ascendante et puis suivant une pente presque verticale lors de la deuxième et de la troisième année est presque considérée comme une blague parmi les business angels et les sociétés de capital-risque.

Les entrepreneurs rechignent à reconnaître que, presque toujours, cela prendra plus de temps et cela coûtera plus cher que ce qui a été anticipé pour développer leur produit et le mettre sur le marché.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici!