Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/08/2017

Crowdequity: évaluations pernicieuses et propositions financières peu amicales

Les petits contributeurs novices sont généralement invités au capital de la start-up à un tarif élevé. En effet, ce qui attire les fondateurs de start-up ou les porteurs de projet vers les plateformes, c’est que celles-ci acceptent leur prix de la start-up, et celui-ci est presque toujours trop élevé. Souvent aux alentours de cinq à six fois les revenus bruts, contre une fois les revenus bruts si la start-up était cotée sur un marché règlementé classique.

La méthode d’évaluation n’est jamais expliquée, ni argumentée. Le nombre exact d’actions émises n’est jamais clairement indiqué. Il y a souvent un mécanisme de dilution à activer, après l’émission, par l’équipe de direction, qui suggère que le nombre d’actions en circulation changera à la discrétion de l’équipe directrice ou fondatrice.

Mais les hautes évaluations financières sont pernicieuses. Elles rendent les levées de fonds ultérieures plus difficiles, quitte à devoir diminuer radicalement parfois la valeur lors des tours de table suivants. En effet, les venture capitalists n’aiment pas investir aux côtés d’une multitude d’amateurs et aiment chicaner sur les clauses de participation et imposer des pactes d’actionnaires léonins, souvent rédhibitoires pour de nouveaux actionnaires.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

17/08/2017

Le crowdequity et le cynisme de sa communication sur la dilution

La plupart des portails d'equity based crowdfunding mettent également en garde contre le risque de dilution des actionnaires. Les micro-investisseurs de la foule comprennent généralement cet avertissement et l’acceptent en se disant qu’au final ils recevront une part plus petite, certes, mais d’un gâteau plus grand et que donc, l’un dans l’autre, ils ne perdront rien au change. Malheureusement, ces portails omettent de préciser que la plupart du temps, ces dilutions sont plus agressives qu’attendu – lorsque, par exemple, la jeune entreprise « crowdfundée » offre de nouvelles actions à faible prix, réduisant ainsi sensiblement la valeur de l’ensemble des actions en circulation – au détriment des petits actionnaires existants.

Les investisseurs prosélytes de la foule, c’est-à-dire le menu-fretin des actionnaires, reçoivent généralement des actions de classe « B ». Des titres financiers sans droits de vote attachés, dépouillés de clauses de protection contre la dilution, comme par exemple des droits de préemption grâce auxquels les actionnaires existants doivent se voir proposer l’achat des actions de l’entreprise avant de les rendre disponibles à toute autre personne.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

16/08/2017

Crowdfunding : ambigüité et surenchère du discours marketing

Une plateforme ne garantit pas la réussite du projet une fois la collecte terminée, ni ne juge la capacité des porteurs de projet à bien l’exécuter. Si elle dit le contraire, elle bluffe. Pourtant il y a de la confusion dans l’esprit du petit investisseur de la foule. Pour lui la réussite de la collecte est en soi un signe annonciateur de la réussite du projet.

La confusion naît de la façon dont la plateforme se vante de la rigueur de son processus de sélection, de l’intensité de sa due diligence. Ce discours souvent « perlimpinpinesque » met en confiance la foule, sur la réussite du projet. En outre, l’analyse du projet par la plateforme (parfois rédigée dans un prospectus) est avalisée par le Régulateur (la FSMA en Belgique, l’AMF en France). Pour le petit investisseur, cela confirme que le projet présenté sur la plateforme d’equity based crowdfunding est forcément un bon projet.

La foule sait bien que tout projet est risqué. Mais elle ne comprend pas bien comment appréhender (quantifier) ce risque. Si 100 pages de rapport disent qu’il y a des risques mais qu’il y a aussi des rendements potentiels et que même si le rapport précise qu’il existe quantitativement plus de menaces et de faiblesses que d’opportunités et de forces : aux yeux du petit investisseur le projet vaut quand même, par exemple, 1,5 million d’euros. « Donc c’est que ça doit quand même être bon si des professionnels (les évaluateurs maison de la plateforme) aboutissent à une valeur pareille », entend-t-on très souvent, de la bouche des particuliers interrogés.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !