Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/09/2017

Les mini investisseurs de la foule seront toujours discriminés

Le Syndicate Funding (AngelList Syndicates ou Startupxplore) est une technique de financement concurrente et moins risquée que l’equity crowdfunding, en effet, elle permet aux particuliers de participer à une levée de fonds emmenée par un investisseur réputé, qui a déjà fait ses preuves dans le passé. Cela doit limiter les risques de se tromper. En contrepartie, il gardera entre 10% et 20% des éventuelles plus-values à titre de récompense pour sa sagacité. 

Certaines plateformes de crowdfunding pourraient bientôt proposer une deuxième composante : au lieu d’investir directement, il est possible au particulier de déléguer ses fonds à l’un des investisseurs de renom, attaché à la plateforme. Celui-ci peut alors les utiliser pour financer les entreprises de son choix.

Le syndicate funding, réunit la start-up, un lead investor et des backers. Les mini-investisseurs accompagnent le lead investor et apprennent de lui. Ils ont ainsi accès au dealflow d’un investisseur chevronné. Les startups obtiennent plus de fonds et ne doivent pas traiter avec une multitude de mini-investisseurs. C’est l’investisseur leader qui prend en charge la levée de fonds et qui est responsable de la communication avec les suiveurs.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

15/09/2017

Crowdfunding : foisonnement d’offres rivales plus compétitives

Banques classiques, promoteurs immobiliers, assureurs, réseaux sociaux, etc. : beaucoup d’agents économiques de tous bords lancent leur plateforme maison. Le pullulement n’est pas un problème, c’est un signe de dynamisme, de vitalité d’un marché gigantesque. Cette abondance pourrait même voir émerger plus d’organismes de notation indépendants chargés de « noter » la qualité des projets ou des startups à financer et de calculer leur valeur transactionnelle, à l’instar de ce que font déjà, en Belgique, Valoro Path et Serious Funding, Earlymetrics en France, Equidam aux Pays Bas.

Par exemple, Facebook vient de lancer, aux États-Unis, un outil de crowdfunding disponible directement sur le réseau social : plus besoin d’une plate-forme, chaque porteur d’un projet pour utiliser le réseau social pour faire la publicité de son projet et attirer les capitaux.

On assiste même à l’éclosion de places de marché de plateformes de crowdfunding sensées recenser l’ensemble des offres disponibles dans une région, à l’instar de ce que fait, en France, la Banque Publique d’Investissement qui a lancé un site regroupant toutes les offres de financement participatif TousNosProjets.fr. Ce portail public rassemble l’offre de plus de 36 plateformes de crowdfunding, soit plus de 1700 projets à financer.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

14/09/2017

Il fleure comme un petit air de bulle sur la planète crowdfunding

Treize minutes et dix sept secondes. En octobre 2015, il n’aura pas fallu longtemps au cabinet de conseil Cala Partners pour emprunter 35 000 € auprès de 62 particuliers inscrits sur le site Lendix. Et encore, le taux de 5,5% promis à ces prêteurs était-il inférieur à la moyenne du secteur, qui était de 7,5% (en octobre 2015).

Des projets emblématiques qui ont connu une forte couverture médiatique, comme celui de la montre connectée Pebble Watch (montre connectée aux smartphones) qui a levé 20 millions de dollars auprès de 85 000 donateurs (ou pré-acheteurs) sur la plateforme Kickstarter en 2015 (et ce, avant même que le créateur ait lancé la production !), présentent par exemple des failles (retards, dysfonctionnements récurrents, produit jamais envoyé). Dans ce cas précis, la cause est le manque d’expérience entrepreneuriale préalable. La startup à l’origine de ce projet innovant a réussi à lever un million de dollars en moins de 30 minutes, plus de 7,5 millions en une journée et 20,3 millions à la fin de la campagne. Mais la réalisation a connu des retards pénalisants.

Exemples d’autres sirènes du crowdfunding dont les bénéfices spectaculaires ont fait les choux gras des médias :

-         Jackpot pour les 347 internautes qui avaient parié sur le succès du premier album du chanteur Grégoire, produit par le site MyMajorCompany. L’artiste a vendu plus de 800 000 albums. Plus-value réalisée: 1 860% en un an !

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !