Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

28/04/2015

En vogue mais peu pérennes : Le paradoxe des plateformes de crowdfunding

Malgré leur succès grandissant, la plupart des plateformes de crowdfunding peinent à atteindre leur seuil de rentabilité. Dès lors on doit se demander si leur business modèle fonctionne correctement.

Celui-ci est incarné par une simple source de revenus : les montants prélevés sur les utilisateurs, entre 5 et 10 % sur chaque collecte de fonds réussie. Appelés frais de transaction, frais de service ou frais de mise en relation, ce sont des habillages sémantiques, politiquement corrects, d’une même réalité, mal assumée par les plateformes de crowdfunding : la commission d’intermédiation !

Or, depuis longtemps, la tendance dans le marché des capitaux privés est à la désintermédiation, donc à une diminution de la valeur de l’intermédiation.

La commission d’intermédiation (qui ne dit pas son nom), proportionnelle aux montants levés, est relativement chère surtout à l’aune de la valeur ajoutée promise. Celle-ci est apportée par le service et surtout par le conseil. Or ce dernier est plutôt bancal : il ne s’agit souvent que d’une foire aux questions, d’un guide, d’une brochure ou d’une fiche à destination libre des porteurs de projets. Des données brutes servies impersonnellement : bref, des conseils génériques bien loin des conseils personnalisés souvent vantés. Lire la suite

27/04/2015

Le crowdfunding sonnera-t-il le glas de la filière angélique traditionnelle?

Le crowdfunding semble une merveilleuse nouvelle opportunité pour le grand public d’investir dans des startups et de contribuer ainsi à créer de l’emploi. Les professionnels de l’investissement early stage, sentant que si le capitalisme populaire se développe certains parmi eux perdront des plumes, rétorquent que financer des jeunes pousses est une activité à très haut risque et devrait être laissé à ceux qui sont à la fois aptes et expérimentés à évaluer de tels projets et qui ont les moyens et la patience d’attendre que les quelques rares startups gagnantes arrivent à maturité.

Leurs inquiétudes sont pertinentes et les risques sont réels, mais ceux-ci, par nature, s’autorégulent. En effet, si les gens sont stupides et perdent leur argent ils ne recommenceront pas. Le gouvernement ne doit pas surprotéger (et étouffer) le public, celui-ci doit apprendre à se protéger tout seul et peut lui-même faire un meilleur travail que ne le fera jamais un gouvernement. Une régulation trop contraignante et restrictive des investissements dans des startups, ne se justifie pas, dans la mesure où l’investissement spéculatif  n’est pas un passage obligé mais une option supplémentaire offerte au choix du citoyen-internaute-investisseur. Le gouvernement ne peut empiéter sur la liberté de choisir des citoyens. Lire la suite

26/04/2015

Le clair-obscur du soutien de l'Etat à la création d'entreprises

Avec 73 996 entreprises créées en Belgique en 2012, l’entrepreneuriat et l’esprit d’entreprendre progressent, mais à un rythme lent et la Belgique  est toujours dans le dernier peloton au classement des pays européens en nombre de créations annuelles. Les entreprises individuelles (en général un seule personne physique, souvent le fondateur lui-même) sont à l’origine de 53 % de ces créations.

En réalité, le problème est plus qualitatif que quantitatif car ces créations ont toutefois une pérennité limitée : 61 % des entreprises créées en 2006 étaient toujours en activité en 2009 et elles sont seulement 49 % après 5 ans d’activité. Plusieurs facteurs expliquent ce pourcentage comme le montant des capitaux initiaux, la forme juridique choisie ou encore le profil du créateur : les chômeurs, les moins de 30 ans ou des personnes peu ou pas diplômées réussissent moins.

Les entreprises présentent des caractéristiques peu favorables à leur pérennité et à leur développement : 84,3 % de celles créées en 2011 n’avaient aucun salarié, 54 % de celles créées en 2010 ont des capitaux propres inférieurs ou égaux à 10 000 euros et 31 % ne sont pas bancarisées, 82 % ont la forme d’entreprise individuelle. Lire la suite