Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/09/2017

Plateformes de crowdfunding: indigence des conseils

La plupart des sites et notamment ceux dédiés à l’equity based crowdfunding sont tout au plus globalement médiocres.

Leurs méthodes de sélection, de détection des fraudes, de due diligence et d’évaluation des projets sont peu transparentes et souvent trop simplistes ou trop sommaires et donc dans leur ensemble de faible qualité.

Leurs mécanismes de défense de leurs membres (les micro-investisseurs de la foule) sont grossiers. En effet, aucune plateforme ne peut garantir que l’argent récolté sera bien utilisé, à bon escient et comme promis par les porteurs de projet. Quand une plateforme siège au conseil d’administration d’une start-up elle ne fournit uniquement qu’un avis consultatif. En outre, une plateforme n’est pas en mesure d’imposer un mécanisme de gouvernance d’entreprise à la jeune pousse.

Et puis, quid de la communication post-collecte ? La plateforme peut-elle la garantir ou l’améliorer ? Le canal de communication restera-t-il ouvert ? Donc, d’une manière globale, la protection des mini-contributeurs financiers est assez imparfaite.

Les plateformes prodiguent tous genres de recommandations mais en général celles-ci sont plutôt rudimentaires et donc de qualité insuffisante.

 

Lire la suite de cet article publié sur LInkedIn : cliquer ici !

31/08/2017

Equity based crowdfunding : l’implication de la foule dans la sélection de projets est fallacieuse !

Les procédures de désignation de projets dignes de figurer sur les plateformes justifient selon celles-ci la perception de commissions sur les levées de fonds. Pourtant la qualité des startups présentées sur nombre de sites d’equity based crowdfunding laisse à désirer, elles n’ont pas la légitimité nécessaire pour attirer les investisseurs. En plus, ces procédures de triage discrétionnaires privent la foule d’une possibilité de s’impliquer un peu plus dans la plateforme. Or l’implication des utilisateurs d’un site est nécessaire à leur loyauté. De cette fidélité dépend la viabilité du site.

En effet, la foule pourrait elle-même décider des projets éligibles sur le portail de crowdfunding, du moins ceux dignes de figurer dans une « antichambre de présélection » que les spécialistes du portail pourront ensuite avaliser ou non. Attention : impliquer le public dans le processus de sélection des projets (dignes de figurer sur le site et donc d’être présentés aux autres utilisateurs) n’est pas la même chose ni n’a le même impact qu’inviter le public à entériner les choix préalables de projets effectués par les « experts » de la plateforme !

En théorie, l’intelligence collective de la foule est potentiellement mieux équipée (elle recèle, en principe, une foultitude d’expériences et de connaissances, générales et spécifiques) et plus vaste que l’intelligence collective des deux ou trois experts maison du site et/ou des quelques investisseurs professionnels ou partenaires spécialisés, externes, à qui le site sous-traite la sélection des projets.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

30/08/2017

Le crowdfunding n’est pas la panacée financière

En effet, au-delà des communiqués de presse triomphalistes (« x millions d’euros levés » et « x campagnes qui ont dépassé le million d’euros », etc.), combien de campagnes atteignent leur objectif ?

Seulement 37% des campagnes de collecte de fonds atteignent leurs objectifs sur Kickstarter (n°1 du crowdfunding aux Etats-Unis), tandis qu’en France Ulule annonce 51% de campagnes réussies et KissKissBankBank se vante d’environ 65% de collectes fructueuses.

Beaucoup de plateformes américaines dédiées au reward based crowdfunding ont ouvert très largement les projets, il n’y a quasiment plus de filtres et, résultat des courses, le taux de réussite n’excède pas 30 %. Leurs consœurs françaises filtrent et n’acceptent quant à elles que 30 % des projets qui leur sont présentés. Là, le taux de réussite oscille entre 50 et 70 %. Seuls 15 à 20 % des porteurs de projet qui s’adressent au reward based crowdfunding en France réussissent leur levée de fonds.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !