Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/07/2017

Startuppeurs: la valorisation financière de votre projet est le talon d’Achille de votre plan d’affaires

C’est une situation étrange, certains plans d’affaires ont une partie financière disproportionnée par rapport à l’ensemble du document : Des paragraphes de descriptifs élaborés, de calculs raffinés de rentabilité commerciale attendue , de retours sur investissement (ROI) atteignables, de calculs prévisionnels sophistiqués de toutes sortes. Ces plans ont l’audace d’avancer des hypothèses hardies sur les taux de croissance attendus et sur les perspectives de rentabilité mais souvent ils n’osent pas avancer une valeur actuelle présumée de la start-up et, quand il y en a une, les explications fournies se révèlent presque toujours très lacunaires.

La valorisation financière est le talon d’Achille de tout le processus de rédaction du business plan. Quand il n’y en a pas, c’est-à-dire dans la majorité des cas, on s’en remet benoîtement aux financeurs pour la déterminer, c’est un peu comme si, dans le Chicago des années 1920, on demandait à Al Capone de décider de la formation de la police.

Estimer la valeur premoney (valeur de la start-up juste avant l’investissement) est l’épine ultime dans le parcours du combattant de l’entrepreneur en quête de capitaux d’amorçage et de démarrage. Trop élevée, et on fait fuir les investisseurs, si pas au premier tour, certainement aux tours de tables suivants. Trop faible, et les investisseurs prennent le contrôle et les fondateurs sont démotivés…

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

10/07/2017

Valoriser une start-up tient du rituel vaudou

Déterminer une valeur premoney (valeur juste avant l’investissement souhaité) est un défi majeur et incontournable pour toute start-up.

Comme start-up vous n’avez encore rien : peu ou pas d’actifs tangibles, peu ou pas de cash flow ; vous n’êtes qu’un potentiel, sur un marché incertain.

La valorisation financière est un processus intrinsèquement subjectif : de plusieurs façons on essaie de quantifier et de valoriser des critères hautement personnels. Or il n’existe aucune recette universelle pour mesurer des critères personnels. Ainsi, les critères clés du succès varient énormément selon le type de business angels ou de venture capitalists (sociétés ou fonds de capital-risque) qui ne leur accordent pas forcément la même priorité ou la même pondération dans leurs calculs.

Les facteurs clés du succès relèvent, en gros, des domaines :

-         Du fondateur (expérience du secteur – formation – expérience d’entreprise – réseau – équipe).

-         De l’entreprise (mission – croissance – relations inter organisationnelles – planification – degré de concentration des acheteurs).

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

09/07/2017

Startuppeurs: 10 leçons qu'aucune école ne vous enseignera

Parlez à tout le monde de votre idée

Les entrepreneurs sont notoirement des paranoïaques. Vous pourriez penser que discuter de votre idée de business sur les réseaux sociaux se terminera par le vol de celle-ci par les concurrents, mais en réalité cela a très peu de chances de se produire. D’autant plus si vous travaillez sur quelque chose de difficile à répliquer et si vous êtes entouré de la dream team pour la mener à bien. Et puis n’oubliez pas : Value is in the execution, not the idea.

Ignorez la plupart des conseils

Le nombre de gens qui parlent de lancer une affaire dépasse de loin le nombre de ceux qui effectivement démarrent une entreprise. Cela est dû au fait que quelque part en chemin les beaux parleurs se sont vus extirper leur énergie et leur optimisme au contact du réalisme de leurs bien intentionnés amis, collègues et parents : « Tu es trop jeune/vieux », « Tu n’as aucune expérience », « Tu n’as pas les fonds… ». La vérité est que personne ne comprend mieux que vous votre projet. Suivez votre instinct et commencez quelque chose. Vous saurez assez tôt si votre affaire est viable.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !