Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/02/2017

Start-up: investissements magnifiques, rendements spectaculaires

L’or de la mine Google

 L’entrée en Bourse de l’entreprise (un géant de la recherche d’informations sur Internet) en 2004 avait battu des records en matière de sortie spectaculaire des investisseurs de la première heure. La valorisation de Google avait dépassé alors les 23 milliards de dollars !

Et les plus gros gagnants ont bien évidemment été les cofondateurs, Larry E. Page et Sergeï Brin, qui ont abandonné le programme de formation en sciences informatiques de la prestigieuse Stanford University pour créer Google en 1998. Les deux compères, début de quarantaine, possèdent encore chacun environ 15% du capital de la société. Ainsi, une valorisation en Bourse de leur société avoisinant encore, en mars 2013, les 272 milliards de dollars, valorise la participation de chacun à la somme monumentale de 41 milliards de dollars !

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici!

09/02/2017

Start-up: rendements globaux obtenus par les business angels

Il n’existe que très peu, voire pas du tout, d’informations disponibles sur les rendements réels effectivement réalisés par les business angels.

Une synthèse de plusieurs études sur différents échantillons de business angels donne une idée générale de la performance de leurs participations financières : 34 % de celles-ci se sont terminées par une perte totale, 13 % se sont achevées par une perte partielle ou ont juste atteint le point d’équilibre en termes nominaux, 23 % ont dégagé un rendement supérieur ou égal à 50 %, et seulement 10 % des participations financières ont engendré un return supérieur à 100 %.

De manière plus générale, on peut dire que la présence de un ou deux investissements heureux peut offrir au portefeuille des participations de l’investisseur un rendement global très satisfaisant, tandis que l’absence de tels investissements performants peut signifier un rendement global véritablement insatisfaisant.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

08/02/2017

Start-up: taux de rendement espérés par les investisseurs

On peut regretter que les sociétés de capital-risque ne communiquent que très rarement sur les rendements réels de leurs investissements. Quand on envisage des rendements espérés de 30 à 50 %, en réalité on obtient la plupart du temps des rendements proches du tiers (souvent dans les 10 %) seulement de ce qui avait été escompté, avec quelques exceptions dans la fourchette des 20 à 30 % et de rares percées au-delà des 30 %. 

La mesure de la performance la plus souvent utilisée dans l’industrie du capital-risque est le taux de rendement interne (IRR) du fonds ou de l’investissement.

 

De manière surprenante, les investisseurs individuels sont souvent incapables d’avancer un taux de rendement interne espéré au moment de leur investissement. À leurs yeux, ces prévisions ou ces espérances de rendement ne sont pas réellement importantes dans la mesure où si l’entreprise rencontre le succès escompté, le rendement sera forcément à la hauteur et sera élevé.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !