Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

25/04/2015

Lacunes du modèle belge d'élevage de startups

La Silicon Valley, les régions de Boston et de New York ont créé chacune un environnement éminemment favorable  où les investisseurs sont en compétition les uns avec les autres pour avoir une chance de financer la prochaine start-up « chaude ».

Tandis que dans notre écosystème de développement et de financement, ce sont les startups qui sont en compétition pour avoir une chance de présenter leur projet à un parterre d’investisseurs (souvent dilettantes). Elles doivent apprendre à se débrouiller toutes seules et trouver elles-mêmes des solutions dans des conditions frugales.

Pour résumer la nette imperfection du modèle belge d’élevage de startups, citons, parmi ses failles cruciales :

Une culture d’entreprise insuffisante et un culte de l’entrepreneuriat inexistant

Il nous manque d’emblée le premier atout maître. L’écosystème belge n’est pas irrigué par la culture de l’entreprise. On y est pas entouré de gens qui pensent à créer, qui ont créé, qui veulent recréer. On n’y baigne pas littéralement dans l’esprit d’entreprise !

Tous les gens qui ont créé des boîtes savent qu’ils ont au moins autant appris de leurs échecs que de leurs réussites. Mais pas le staff (analystes, investisseurs, mentors, partenaires) des dispositifs public et privé d’aide à la création et au financement d’entreprise. Du coup, chez nous, seules les expériences d’entrepreneuriat couronnées de succès sont valorisées, pas celles qui ont fait flop. C’est éminemment réducteur. Lire la suite

24/04/2015

La Bourse de Bruxelles : La Bourse de M. Tout-le-Monde

Quel avenir pour la Bourse de Bruxelles ?

Pour donner un sens nouveau à la Bourse de Bruxelles il faut songer à sa refondation. Ne plus faire la même chose adossée à une structure étrangère imposante (New York Stock Exchange), mais carrément faire autre chose de manière emblématique. Cela suppose une nouvelle vision politique conjuguée aux réalités et potentialités d’un public local aux capacités d’épargne parmi les plus élevées du monde…

Pourquoi ne pas devenir un centre d’excellence opérationnelle du financement participatif ?

Et accompagner ainsi la révolution qui se dessine dans le paysage de l’investissement. Son impact sociétal en deviendrait incontestable.

Si la Bourse de Bruxelles pouvait capter, ne fut-ce que 1 % des fonds improductifs qui se languissent dans les comptes d’épargne, pour le grand bonheur immérité de quelques banques, cela ferait tout de même environ 2,3 milliards d’euros pour dynamiser des dizaines de milliers de petites entreprises et de projets startups… Aujourd’hui, 87 % des startups technologiques belges qui se créent vont chercher leur financement à Paris, Londres et San Francisco ! Lire la suite

23/04/2015

Faiblesses du capital-risque belge

Inutile de revenir sur l’importance des TPE/PME dans l’économie belge, dans l’emploi et, plus largement, dans l’innovation et la croissance de la productivité globale. Cependant, l’approvisionnement des TPE/PME en fonds propres, depuis le stade du capital-risque jusqu’à celui du financement sur les marchés, est insuffisamment développé, en dépit de l’existence d’Alternext et du Marché Libre (un fiasco), spécifiquement destinés aux PME. Ne reste donc essentiellement que le financement intermédié par emprunts bancaires. Mais les contraintes de crédit auxquelles ont à faire face les entreprises à partir d’un certain niveau de risque sont trop prégnantes, alors même qu’elles pourraient être levées, pour la plupart, par un meilleur fonctionnement du couple risque-rendement. Malheureusement, plus qu’à l’étranger, la dette des TPE/PME belges semble faire l’objet d’un rationnement.

Sans entrer dans les détails, l’industrie belge du capital-risque présente plusieurs faiblesses si on la compare à la situation aux États-Unis. En voici quelques exemples.

Les profils des équipes de gestionnaires de fonds. Lire la suite