Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/09/2017

Accompagnement entrepreneurial : et si on avait tout faux ?

Malgré les efforts très louables des pouvoirs publics, le dynamisme entrepreneurial dans notre royaume reste assez faible. En effet, le taux de création d’entreprises (part des nouvelles entreprises dans le total des entreprises actives) en Belgique est le plus fluet des pays de l’Union européenne : il avoisine les 3,5 % (9,5% en France, 10,5% aux Pays-Bas, 7,8% étant la moyenne européenne : chiffres Eurostat 2015). Dès lors l’impact macro-économique du dispositif public d’aide à la création et au financement d’entreprises est plutôt chétif.

Par ailleurs, le taux de mortalité des entreprises est relativement haut puisque grosso modo un peu plus de la moitié (51%) des entreprises créées disparaissent endéans les cinq ans. Même si ce taux de mortalité descend à 34% pour les entreprises accompagnées, cela n’a pas beaucoup d’effet sur la vigueur entrepreneuriale du pays puisque le taux d’abandon des projets est élevé : plus d’un tiers des projets accompagnés dans des structures d’accompagnement ne débouchent pas sur la création d’entreprises.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

13/07/2017

Un levier révolutionnaire pour le financement des startups : la loterie entrepreneuriale©

Principe : la start-up dont la valeur premoney (avant investissement externe) est de, par exemple, 400 000 € offre un lot d’actions ordinaires (sans droit de vote, ni privilèges spéciaux) existantes ou à créer, représentant 25% de son capital-actions pour une valeur approximative de 100 000 €.

La jeune pousse, au lieu de  vendre des actions ordinaires à un investisseur professionnel pour 100 000 €, organise une loterie dont le prix unique est le lot de 25% des actions.

Pour cela elle émet 5 000 billets de loterie entrepreneuriale© au prix unitaire de 100 €. Ainsi elle espère une récolte de capitaux de 500 000 €.

Chaque participant peut acheter au maximum 10 billets.

Résultat : la start-up plus que double sa valeur premoney en passant de 0,4 million € à 0,9 million € (si tous les billets ont été vendus). Que la jeune pousse cède des actions déjà créées (et distribuées aux cofondateurs) ou qu’elle en émette de nouvelles, la dilution est de  25%, mais, pour un accroissement de 125% de la valeur financière du capital-actions des fondateurs (rapport de 1 à 5 !).

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

08/02/2017

Start-up: taux de rendement espérés par les investisseurs

On peut regretter que les sociétés de capital-risque ne communiquent que très rarement sur les rendements réels de leurs investissements. Quand on envisage des rendements espérés de 30 à 50 %, en réalité on obtient la plupart du temps des rendements proches du tiers (souvent dans les 10 %) seulement de ce qui avait été escompté, avec quelques exceptions dans la fourchette des 20 à 30 % et de rares percées au-delà des 30 %. 

La mesure de la performance la plus souvent utilisée dans l’industrie du capital-risque est le taux de rendement interne (IRR) du fonds ou de l’investissement.

 

De manière surprenante, les investisseurs individuels sont souvent incapables d’avancer un taux de rendement interne espéré au moment de leur investissement. À leurs yeux, ces prévisions ou ces espérances de rendement ne sont pas réellement importantes dans la mesure où si l’entreprise rencontre le succès escompté, le rendement sera forcément à la hauteur et sera élevé.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !