Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/08/2017

Le crowdfunding et son fantasme de révolution du système de financement

« À terme, le crowdfunding a vocation à remplacer des pans entiers du système financier », « Prêter directement de l’argent à une entreprise, une révolution qui devrait pallier la frilosité des banques en matière de financement », s’enthousiasmait-on en 2013. Vraiment ?

En réalité, le soutien d’acteurs bancaires classiques montre que le crowdfunding n’est pas à considérer comme une solution de remplacement, venant débouter les acteurs classiques de leur monopole, mais plutôt comme une nouvelle réponse à celles déjà existantes.

Au stade actuel, le crowdfunding s’intéresse à un marché délaissé par le système bancaire (c’est une solution pour des projets jugés trop petits et/ou trop risqués pour les banques), donc il lui est complémentaire. Il ne s’agit pas d’une alternative à l’épargne classique et au secteur bancaire.

En outre, le financement participatif marche allègrement sur les plates-bandes des institutions de crédit. Ainsi, pour éviter l’aventure malheureuse (des investisseurs mécontents ont intenté une class action) de Prosper aux États-Unis, les plateformes de prêts cherchent à présenter uniquement des entreprises en bonne santé économique qui pourraient théoriquement passer les tests des banques. Or ces entreprises ont déjà un accès favorisé auprès des organismes de crédit. Ce ne sont pas à ces entreprises qu’il faut porter secours. On se trompe de cible.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

08/08/2017

L'equity based crowdfunding est foncièrement discriminant

Le marché du capital-risque a toujours été inéquitable. Et les plateformes de financement participatif vont probablement le rendre encore plus injuste. Ce qui engendrera le mécontentement des mini-investisseurs et donc une désaffection croissante pour le concept de crowdfunding.

Le « financement 2.0. » permet à des investisseurs chevronnés d’avoir accès à une plus grosse manne financière pour effectuer leurs transactions. En effet, les business angels sont en mesure d’utiliser les portails de financement participatif comme effet de levier pour lever plus de fonds, plus rapidement, pour leurs investissements dans de nouvelles entreprises et/ou pour les sociétés qu’ils ont en portefeuille. Si vous êtes un gourou, rock star de l’Internet, en train de lancer une entreprise et que vous  avez  besoin de plus d’argent pour le démarrage, il serait probablement bien plus efficace pour vous de recourir au crowdfunding que d’appeler dix de vos amis dans la Silicon Valley.

Le système proposé par les plateformes d’equity based crowdfunding est loin d’être démocratique, il est même plutôt discriminant. Quand apparaît sur la plateforme un gros projet international à technologie innovante, alors les investisseurs chevronnés (aux poches plus profondes) s’y ruent en prenant la part du lion. Les portions congrues sont pour les mini-investisseurs de la foule. Pour ces derniers, la rentabilité (l’enrichissement) est généralement limitée sur les gros projets.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

07/08/2017

Crowdequity, un financement à moindre coût, vraiment?

Proclamer que le financement participatif est un financement à moindre coût est un leurre marketing. Sauf peut-être pour le donation based crowdfunding ou éventuellement pour le reward based crowdfunding. Mais ce dernier est également périlleux, notamment si le porteur de projet ne maîtrise pas ses coûts d’envoi et/ou ses coûts de production.

Concernant l’equity based crowdfunding cette assertion ne peut être qu’une hallucination !

Illustration : le coût d’un investissement dans une jeune entreprise sur la plateforme MyMicroInvest (MMI) est comparable aux tarifs du capital-risque et des fonds de placement. La plateforme s’inspire des fonds de placement structurés, qui retiennent à la source 2% de frais de gestion par an. Dans cette optique, MMI prélève une commission de 12% sur les fonds collectés, correspondant aux frais de gestion d’un investissement (en l’occurrence une prise de participation) sur une période de six ans.

Donc, un particulier investissant 1 000 euros dans une start-up ne sait pas vraiment que celle-ci n’en encaissera que 880 euros. Le coût de la pure collecte de fonds pour la jeune pousse est ici de 12%, soit plus de deux fois ce que prennent habituellement (5%) les leveurs de fonds traditionnels. A ce coût il faut encore ajouter d’éventuels coûts annexes de campagne (réalisation de vidéos professionnelles, etc.).

En outre, dans les cas d’une participation au capital, MMI prélève également une commission sur la plus value réalisée. Elle n’est effectivement perçue que lorsque l’investisseur a réalisé un rendement annuel d’au moins 10% sur le montant souscrit, donc y compris les frais de gestion de 12%.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !