Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/07/2017

Porteurs de projet: posez les bonnes questions à vos associés avant de les recruter

Qui est le boss ?

Il y a fort à parier que chaque fondateur mette sur la table un jeu de compétences et de talents différent. C’est d’ailleurs la raison principale de s’associer. Mais si chacun d’entre vous détient 50% des actions, comment allez-vous résoudre une dispute ? Vous pourriez toujours le faire à pile ou face, mais une meilleure solution consisterait à se répartir les responsabilités en se basant sur l’expertise de chacun.

Quand il s’agit de résoudre un conflit, il est important de respecter les limites de vos jeux respectifs de compétences, même si vous les jugez d’importance équivalente. D’ailleurs, peu importe que vous et vos cofondateurs vous vous équivaliez, il n’y a qu’une place au sommet pour celui ou celle qui prendra la décision finale sur les problèmes difficiles. C’est surtout quand les choses se passent bien que vous ne devez pas hésiter pas à vous poser les questions délicates ou pénibles et que vous devez négocier et définir les rôles bien en avance. Comme il ne peut y avoir qu’un seul CEO, un accord sur les rôles est un préalable incontournable à toute association.

Si tous les deux vous voulez être le CEO (à titre de compromis ou de consolation, l’un de vous recevra le titre de « président »), et si vous convenez que toutes les grandes décisions se prennent à deux sur un pied d’égalité, vous allez probablement au conflit. Dans les premiers jours les décisions peuvent sembler faciles à prendre et vous avez l’impression d’être tous les deux sur la même longueur d’onde et que donc la cogestion de l’entreprise fonctionne. Cependant, méfiez-vous : si vous ne déterminez pas clairement dès le départ qui aura le dernier mot sur telle ou telle décision cruciale vous courez à l’encontre de grandes difficultés.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

19/07/2017

Porteurs de projet: avez-vous trouvé le "bon" cofondateur?

Lui paieriez-vous un verre ? Pourrait-il devenir votre ami ?

Réfléchissez-y. Vous allez passer beaucoup de temps ensemble. Cette personne est-elle quelqu’un avec qui vous voudriez bien passer vos soirées de sortie?

Donner la priorité à l’expertise technique aux dépens de la compatibilité affective peut se révéler un désastre à terme. Cette personne peut être un génie doté d’une excellente éthique de travail mais peut aussi être d’humeur changeante et incapable de bien collaborer.

Comme pour un couple romantique, votre partenaire en affaires doit être plus que bien sur le papier. Choisissez quelqu’un de malin et de charismatique, avec qui vous aimeriez partir en vacances parce que c’est quelqu’un d’aimable, à la personnalité agréable. N’oubliez pas que vous allez côtoyer cette personne chaque jour pendant les quelques années à venir. Suis-je enthousiaste à l’idée de passer les prochaines années à travailler côte à côte avec cette personne ?

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

18/07/2017

Startuppeur:comment savoir si vous avez trouvé le bon associé ?

Un des attraits de monter sa propre boîte est que l’on peut choisir qui on va côtoyer chaque jour. Mais regardez les choses en face : quelle que soit la minutie de l’examen de chaque candidat, on n’est jamais sûr de à qui on aura à faire. Et rappelez-vous que les conflits entre cofondateurs sont la cause principale des échecs des startups.

Et si la plupart des conseillers vous recommandent chaudement une liste de précautions formelles à prendre, peu d’entre eux vous mettent en garde contre les chausse-trappes des relations interpersonnelles venimeuses auxquelles même les équipes les mieux intentionnées ne sont pas immunisées.

Si disposer d’une convention opérationnelle entre cofondateurs est une sage précaution au cas où les choses tourneraient mal, poser au préalable les quelques questions suivantes peut aider. En effet, il vaut mieux ne jamais devoir recourir à cette sorte de contrat de mariage entrepreneurial dont la protection n’est de toute façon pas garantie étant donné les aléas de l’interprétation de leurs clauses en justice.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !