Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/07/2017

Porteurs de projet: comment choisir vos cofondateurs?

Certainement, en sondant leur capacité « start-uppeuriale » !

 

C’est lors de l’analyse des capacités des cofondateurs que le paramètre humain, une des composantes majeures de toute collaboration, va prendre toute sa dimension.

Le problème posé au porteur de projet, qui est en même temps évaluateur, va donc être de :

-         Mesurer le degré de compétence technique ou scientifique et l’aptitude au management des cofondateurs ;

-         Tenter de rendre dynamique cette analyse en définissant les limites de ces compétences en fonction de la dimension que pourrait atteindre l’entreprise future ;

-         Appréhender ce qu’ils désirent à terme, c’est dire rester maître de leur part du contrôle et de la propriété de la start-up ad vitam aeternam, valoriser cette entreprise au maximum en vue d’une forte plus-value de cession… ;

-         Et enfin, tenter d’anticiper le comportement futur de l’individu en cas de succès ou d’échec de son projet.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

22/07/2017

Startuppeurs: près de la moitié de vos cofondateurs vont se révéler être de véritables "petits enfers sur roulette"

Vérifier que les aspirants associés disposent bien des compétences techniques, commerciales, administratives et financières nécessaires au rayonnement de la start-up est relativement facile. Vous leur faites passer un test et vous regardez leurs scores.

Ce qui est nettement plus difficile c’est de déceler chez vos associés potentiels les qualités interpersonnelles nécessaires pour travailler harmonieusement en équipe.

Presque la moitié des nouvelles recrues (46%) échouent endéans les 18 mois de leur engagement, selon une étude publiée dans le livre Hiring For Attitude de Mark Murphy (déc.2012). Pourquoi tant d’employés (y compris les employés clés) échouent ? Ce n’est pas du au manque de compétences opérationnelles (seulement 11% échouent pour cette raison). En fait, 89% échouent pour des raisons d’attitude – intelligence émotionnelle, adaptabilité, motivation et tempérament. Il en va de même pour les cofondateurs.

Et tandis que la plupart des entreprises mesurent assez bien les compétences opérationnelles (les hard skills), elles peinent plutôt quand il s’agit de déceler les soft skills. Cela signifie que les lieux de travail sont parsemés de ce que certains auteurs appellent les « terreurs talentueuses », des personnes (associés ou employés) qui remplissent extrêmement bien leur fonction d’un point de vue technique mais qui d’un autre côté se révèlent de véritables « petits enfers sur roulettes » pour leurs collaborateurs.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

19/07/2017

Porteurs de projet: avez-vous trouvé le "bon" cofondateur?

Lui paieriez-vous un verre ? Pourrait-il devenir votre ami ?

Réfléchissez-y. Vous allez passer beaucoup de temps ensemble. Cette personne est-elle quelqu’un avec qui vous voudriez bien passer vos soirées de sortie?

Donner la priorité à l’expertise technique aux dépens de la compatibilité affective peut se révéler un désastre à terme. Cette personne peut être un génie doté d’une excellente éthique de travail mais peut aussi être d’humeur changeante et incapable de bien collaborer.

Comme pour un couple romantique, votre partenaire en affaires doit être plus que bien sur le papier. Choisissez quelqu’un de malin et de charismatique, avec qui vous aimeriez partir en vacances parce que c’est quelqu’un d’aimable, à la personnalité agréable. N’oubliez pas que vous allez côtoyer cette personne chaque jour pendant les quelques années à venir. Suis-je enthousiaste à l’idée de passer les prochaines années à travailler côte à côte avec cette personne ?

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !