Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/05/2017

Startups: maîtrisez les liens entre ROI, dilution et divergence de valeurs

Certains business angels visent un ROI (Return On Investment) de 5x à 10x, en quatre à huit ans, ce qui équivaut à un IRR annuel (Internal Rate of Return ou taux de rendement interne) situé entre 25 % et 75 %.

D’autres business angels visent tout simplement un ROI de 30 fois la mise initiale, sans divergence.

Les deux approches sont effectivement équivalentes :

Si on suppose une divergence de 4x (le point moyen dans la fourchette attendue de 3x à 5x) et qu’on la multiplie par un ROI de 7,5x (le point moyen dans la fourchette de 5x à 10x), on obtient un ROI de 30x qui inclut la divergence.

Ces règles ne sont pas sacrées ; elles reflètent simplement deux approches courantes.

Dans le tableau ci-dessous, les chiffres visés incorporent une divergence située entre 3x et 5x.

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

14/05/2017

Porteurs de projet: illustration de l’impact de la dilution

Hypothèses :

·        Votre start-up est estimée valoir 500 000 € et vous êtes le seul actionnaire.

·        Vous vendez un tiers de votre start-up à des investisseurs pour lever 250 000 € lors d’un premier tour de table

           

           Valeur premoney (avant l’investissement) de la start-up :   500 000 €

 

           1er investissement :                                                               250 000 €

           --------------------------------------------------------------------------------------

           Valeur postmoney (valeur premoney + investisssement) :   750 000 €

 

Conséquences :

 

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

22/03/2017

Start-up: tactique pour protéger de la dilution les premiers investisseurs

Exemple : les fondateurs et les business angels ont apporté leurs fonds sur base d’une estimation de la valeur de l’entreprise naissante à 75 millions d’euros (ils ont cédé 2 % du capital social pour 1,5 million d’euros).

 Ils sont maintenant en quête de 7 millions d’euros supplémentaires et les voilà assis avec des capitaux-risqueurs institutionnels qui remettent les pendules à l’heure en argumentant que l’estimation de valeur de départ est abracadabrante.

 La société de capital-risque ne leur accorde qu’une valeur avant investissement (premoney valuation) de seulement 7,5 millions d’euros et elle est prête à prendre une participation de 2,5 millions dans le capital social, sur base d’une estimation après investissement (postmoney valuation) de 10 millions d’euros.

 Pour pouvoir disposer de ce montant, les premiers actionnaires devront consentir à une dilution de 90 % de leur participation au capital.

Le capital-risqueur professionnel s’apprête à acheter, sur base d’une évaluation après investissement, 25 % de la jeune société.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !