Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

02/03/2017

Startups:capital à distribuer aux premiers investisseurs

Approche empirique

 Prenons l’exemple d’une jeune pousse qui cherche, pour lancer son développement, un financement de 250 000 euros, ce qui lui permettra d’engendrer des bénéfices annuels de 500 000 euros d’ici 5 ans.

 Un syndicat de business angels fait une offre. En comparant la jeune pousse avec des entreprises similaires, ces pontes de l’investissement lucratif assument qu’à terme elle pourra atteindre un PER de 16 (Price Earnings Ratio ou rapport cours bénéfices : à l’instant T, le cours de l’entreprise vaudra l’équivalent de 16 fois les bénéfices annuels), et en tenant compte de cela, exigent un taux de rendement annuel pour les fonds qu’ils apportent de …50 %.

Combien vaut aujourd’hui cette start-up et à quel pourcentage du capital social peuvent prétendre les premiers investisseurs ?

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici!

14/02/2017

Startups:plusieurs logiques d'investissement et toutes à géométrie variable

Les entrepreneurs doivent tenir compte du, parfois, haut, degré d’aversion au risque de la plupart des investisseurs. Certains entrepreneurs pensent que les capitaux-risqueurs affectionnent le risque en soi, c’est-à-dire qu’ils aiment le risque pour le risque. Mais ces investisseurs-là ne restent pas longtemps dans le circuit.

Aucun financeur et, à fortiori aucun capital-risqueur sensé ne fonce tête baissée dans ce genre d’activité à haut risque en risquant le tout pour le tout de manière désinvolte. Du moins s’il veut durer. Si les investisseurs restent en vie c’est parce qu’ils cherchent autant que possible à minimiser les conséquences d’erreurs éventuelles.

Les entrepreneurs doivent donc s’affranchir de l’idée fausse selon laquelle les investisseurs very early-stage  (capital d’amorçage ou d’ensemencement) adorent prendre des risques.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn : cliquer ici !

26/01/2017

Start-up: "valeur" et "prix" ne sont pas synonymes

La valeur n’est qu’une appréciation, parmi d’autres, des droits que le capital-risqueur – futur actionnaire (minoritaire ou majoritaire) détiendra sur la jeune société.

Tandis que le prix est l’aboutissement d’une négociation.

L’évaluation permet à l’entrepreneur et à l’investisseur d’avoir une appréciation synthétique de l’entreprise. Cette valorisation n’a pas pour vocation immédiate de fixer le prix irrévocable de la transaction. Elle est, avant tout, un outil destiné à faire progresser la négociation engagée entre les parties.

L’évaluation est un ordre de grandeur des engagements financiers que va prendre l’investisseur. Il est préférable pour lui d’abandonner tout de suite si la fourchette d’évaluation est trop haute, évitant ainsi un gaspillage de temps, d’énergie et d’argent.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn: cliquer ici !