Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

14/03/2017

Startups:attentes de rendement très variables

Bien évidemment, les attentes en matière de TRI (Taux de rendement interne) varient selon les individus. Mais pour certains business angels, il convient de faire la part entre, des attentes abracadabrantes et des attentes raisonnablement accessibles.

Plusieurs enquêtes auprès des financeurs pionniers (les investisseurs se concentrant sur les premiers stades de vie des entreprises) montrent un TRI moyen attendu d’environ 34 %. En fait, de manière très générale, la fourchette des attentes va de 20 % à 100 %.

Lire la suite de cet article publié sur LInkedInd: cliquer ici!

03/03/2017

Start-uppeurs: n'ayez ni honte ni crainte à avouer vos échecs!

Un de mes fondateurs  m’a appelé en pleurs. Il se sentait terriblement coupable et honteux d’avoir à mettre les clés de sa start-up sous le paillasson, parce qu’il n’arrivait pas à joindre les deux bouts. Il a essayé toutes les options de sauvetage qui lui semblaient possibles, mais toutes ont échoué. Il était embarrassé, et effrayé à l’idée que je puisse le réprimander et le juger sévèrement. J’étais son plus gros ange financier et il avait le sentiment de m’avoir laissé tomber en ayant consumé tout mon investissement, et en ayant rien à me montrer ou à m’offrir en contrepartie.

 J’ai essayé de le rassurer en tentant de rééquilibrer son point de vue. « En tant que business angel, je sais, je comprends et j’accepte le fait que la plupart des startups échoueront, après tout, c’est la destinée de la majorité d’entre elles, donc vous n’avez pas à vous martyriser. Même pour un investisseur providentiel chevronné il est impossible d’identifier quelle jeune pousse réussira à coup sûr, c’est d’ailleurs pourquoi j’assume que toutes celles dans lesquelles j’ai investi connaîtront des revers. Pour autant, cela ne veut pas dire que j’aime jeter mon argent par les fenêtres. Mais j’exerce une activité à très haut risque et par conséquent je dois être réaliste, c’est pourquoi je ne peux me fâcher parce que votre start-up particulière s’est crashée.

Lire la suite de ce article publié sur LinkedIn : cliquer ici!

29/11/2016

Haro sur le fatalisme des start-uppeurs !

Le talon d’Achille dans la plupart des présentations de projet de start-up est la proposition d’investissement qui devrait normalement conclure le pitch. En quoi exactement votre start-up  représente-t-elle une réelle opportunité d’investissement ? En d’autres mots, comment va-t-elle faire gagner de l’argent à l’investisseur, dans quel ordre de grandeur, dans quel délai, et surtout à quelles conditions ?  Ce dernier point est le plus hasardeux et le plus craint par les porteurs de projet. La plupart ne le savent pas encore, ou pas vraiment, et se cachent derrière les formules dilatoires « Cela fera partie de la négociation ».

En réalité, il n’y a presque jamais de véritable négociation par la suite. Pour une raison simple, la plupart des start-uppeurs ne savent pas comment s’y prendre et leurs accompagnateurs non plus. Dans la plupart des organismes du dispositif d’aide à la création et au financement d’entreprises, les accompagnateurs ont coutume de dire à leurs poulains qu’il n’est pas nécessaire (à ce stade) de savoir ce que vaut la start-up parce que au final ce sera quand même l’investisseur qui aura le dernier mot et qui déterminera le prix qu’il est prêt à payer pour entrer dans la start-up. Les accompagnateurs se contentent de préparer sommairement la mariée pour les investisseurs avec qui ils ont l’habitude de travailler en bonne « synergie ».

lire la suite de cet article publié sur LinkedIn: cliquer ici