Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/11/2016

Comprendre les valorisations «Harrypotteresques » des startups Internet

Pour évaluer les sociétés actives sur le Web il était devenu nécessaire de s’affranchir des critères archaïques et dépassés de l’ancienne économie. Est apparue alors une méthode empirique, merveilleuse et universelle, inspirée du principe des « Poupées russes ».

Les Matriochkas, emboîtées les unes dans les autres sont un objet populaire symbole de fertilité. La métaphore des Poupées russes non seulement rend hommage à la fertilité des idées novatrices des pontes de l’investissement lucratif en matière d’évaluation expérimentale de société Internet mais est également utile pour faire saisir l’importance de la notion de valeurs imbriquées les unes dans les autres, le point de vue de l’évaluateur (qui construit la valeur par induction) se modifiant à chaque emboîtement plus grand.

Lire la suite de cet article publié sur LinkedIn ; cliquer ici

02/07/2016

Le mal des startups numériques belges

Pourquoi les start-ups innovantes de la “tech économie” belge peinent-elles à attirer les grands apporteurs de capitaux? Les raisons invoquées masquent-elles les vrais maux et carences?

Une analyse personnelle par Carl-Alexandre Robyn, associé-fondateur du cabinet Valoro et auteur du “Valoro Path”, un outil en-ligne destiné aux néo-entrepreneurs devant leur permettre d’évaluer le degré de maturité de leur projet et sa valeur de négociation.

C.-A. Robyn se livre à une analyse souvent acide de la situation et du fonctionnement de l’écosystème “be tech”, des lacunes, des faiblesses des start-ups, des clichés et fausses perceptions, des potentiels aussi.

Les explications de ce “mal” sont légion, souvent dissonantes, mais ne sont-elles pas aussi biaisées, superficielles?

Les venture capitalists belges sont-ils frileux tandis que leurs pairs américains ne le sont pas? Notre petit marché fragmenté et administrativement complexe est-il si nuisible que cela? Expliquer ainsi la situation actuelle serait aller trop vite en besogne.

Quelle est la réalité qui se cache réellement sous les habituelles explications fournies pour expliquer la détresse de la “tech économie” belge? La véritable explication se situe-t-elle notamment du côté d’un manque de compétences “start-uppeuriale” des porteurs de projet? Que dire des faiblesses inhérentes aux principales parties prenantes?

Que pourrait-on faire pour améliorer dans l’écosystème des start-ups (digitales) en Belgique?

Lire la suite ...